LES CRITÈRES DE QUALITÉ DE CORIDYS

  • Le contrôle qualité de nos entretiens

Réalisés par les neuropsychologues, ce sont des rencontres d’une heure minimum permettant de réaliser une anamnèse complète, en allant explorer toutes les sources possibles de dysfonctionnement neuropsychologique.

Du développement intra-utérin, aux circonstances néo-natales, au développement des différentes sphères, motrices, langagières, des interactions, sans oublier les particularités sur le plan du sommeil, de l’alimentation, de l’hygiène de vie, des relations aux autres, dans la famille et en dehors, etc.

Un dossier-membre sécurisé (dossier papier sous clé et dossier informatisé sur accès bloqué par code), est créé pour chaque nouveau membre. Un livret d’entretien, d’anamnèse de quatre pages est rempli et un compte-rendu d’entretien est réalisé, par la neuropsychologue, enfin, la relation de confiance est évaluée.

  • Le contrôle qualité de nos bilans

Le psychologue spécialisé en neuropsychologie est très prudent dans le choix des tests et leur interprétation. Il n’y a jamais de bilan standard, les épreuves diffèrent selon l’âge, la problématique, etc. L’utilisation de tests standardisés permet de situer les performances de l’enfant/l’adulte par rapport à celles des personnes de son âge.

Une première partie permet d’avoir une vision globale du fonctionnement de la personne : le raisonnement avec et sans langage et une partie des capacités attentionnelles (utilisation de tests dits psychométriques).

Une deuxième partie nous permet d’analyser de manière plus approfondie les fonctions cognitives qui pourraient être problématiques : le langage, l’attention, la mémoire, l’organisation, la planification et l’impulsivité (utilisation de tests des fonctions cognitives).

Ces résultats sont toujours complétés par les observations cliniques (aspects plus qualitatifs du comportement) et des questionnaires « écologiques » en situation de vie quotidienne, remplis par les proches et/ou la personne elle-même.

Un compte rendu est toujours rédigé en essayant d’utiliser des termes compréhensibles par tous.

Une restitution orale est toujours faite aux parents et à l’enfant ou à l’adulte et à son aidant pour une bonne compréhension et une bonne appropriation de leur part qui sera très importante pour la suite du parcours de vie.

La conclusion du bilan relève toujours les points forts sur lesquels la personne pourra s’appuyer et les points faibles objectivés. Il laisse place à une conclusion générale et surtout à des recommandations : en termes d’aménagements de l’environnement (scolaire, emploi, domicile, …) et d’autres pistes d’actions permettant un moindre impact des troubles dans la vie quotidienne.

  • Le contrôle qualité de ces réunions d’équipes éducatives

Etant convaincu que ces réunions sont la base de toute coordination du parcours de l’enfant, il tient à cœur à l’association de proposer ce déplacement du neuropsychologue dans l’école, de manière gratuite pour les familles.

Pour cela, l’association tente de trouver d’autres sources de financements. Or, nous voyons les subventions se réduire alors que l’activité ne cesse d’augmenter.

  • Le contrôle qualité de nos suivis

Pour les suivis à CORIDYS, nous avons décrit différents types d’ateliers sur lesquels les neuropsychologues ont des compétences spécifiques permettant un accompagnement de qualité :

Voir plaquettes dans l’onglet Pôle accompagnement sur notre site web.

Ces contenus sont toujours élaborés en se basant sur des modèles théoriques à jour des dernières connaissances.

Tous les psychologues travaillant pour les différents CORIDYS connaissent bien et respectent le code de déontologie des psychologues.

Enfin, Les usagers donnent également leur avis sur les prestations reçues dans le questionnaire qualité en ligne qui leur est adressé trois mois après leur premier RDV.

Un suivi de la situation par mail est ensuite réalisé pendant un an.

Capture d’écran 2016-06-22 à 10.55.26

 

LES STATUTS DES ASSOCIATIONS CORIDYS

Les rédacteurs des présents statuts souhaitent préserver l’esprit des fondateurs de l’association CORIDYS créée en 1994, tout en tenant compte de l’évolution des connaissances scientifiques, de celles de notre société et de l’expérience acquise depuis ces années.

CORIDYS est l’acronyme de « Coordination des intervenants auprès des personnes souffrant de dysfonctionnements neuropsychologiques ». La loi du 11 février 2005 nomme ces dysfonctionnements neuropsychologiques : « altérations des fonctions cognitives ».

 

Les buts généraux


CORIDYS œuvre pour l’accompagnement des personnes dans leur parcours de vie. Pour cela, l’association réalise un ensemble d’actions qui ont pour objectif l’inclusion dans leur environnement des personnes en situation de handicap du fait d’altérations des fonctions cognitives.


L’association cherchera donc à :

  • Partager les connaissances et les compétences dans le domaine des dysfonctionnements cognitifs et favoriser les apprentissages collectifs.
  • Informer et sensibiliser le grand public, les institutions publiques et privées, les aidants naturels et professionnels.
  • Proposer des actions spécifiques facilitant la compréhension des dysfonctionnements cognitifs et leur compensation.
  • Prévenir les ruptures d’accompagnement et faciliter la continuité des parcours individuels.
  • Former les aidants naturels et professionnels.
  • Élaborer et proposer, aux instances politiques et administratives, des solutions adaptées à la problématique émergeante que représentent les dysfonctionnements cognitifs, dont le poids démographique est particulièrement lourd.

 

 

Mise en oeuvre


1) Développer et modéliser des plateformes techniques répondant aux besoins non couverts des personnes souffrant de dysfonctionnements cognitifs, quel que soit leur âge ou l’origine de leurs troubles (développementaux ou acquis).

 

Ces plateformes peuvent proposer :

  • de l’information et de la documentation, sous toutes les formes possibles ;
  • l’évaluation des altérations cognitives et de leurs conséquences en termes de limitations d’activités et de restrictions de participation, prenant également en compte l’environnement ;
  • de l’aide aux personnes par la stimulation des fonctions cognitives, la remédiation ou la réhabilitation des activités, la facilitation de leur réalisation en milieu de vie ;
  • une coordination des acteurs de l’accompagnement ;
  • la formation des aidants naturels ou professionnels ;
  • une expertise et une offre de services auprès des associations et institutions souhaitant mieux répondre aux besoins des personnes souffrant de dysfonctionnements cognitifs.

 

2) Travailler en étroite collaboration avec les professionnels concernés par les dysfonctionnements cognitifs, qu’ils soient libéraux ou qu’ils travaillent dans les établissements des secteurs sanitaire, médicosocial ou éducatif.

 

3) Développer des partenariats avec des associations, institutions, établissements, afin d’optimiser les actions utiles aux personnes souffrant de dysfonctionnements cognitifs.

 

4) Effectuer un lien permanent avec la recherche dans le domaine des neurosciences, de la neuropsychologie et la psychologie cognitive, du handicap, etc.

 

5) Travailler à l’élaboration de nouveaux outils de diagnostic et d’accompagnement.

 

6) Lutter contre toutes les formes de discrimination dont peuvent faire l’objet les personnes souffrant de dysfonctionnements cognitifs.

 

7) Mener toute action qui aille dans le sens d’une aide aux personnes souffrant de dysfonctionnements cognitifs, à leur entourage et aux professionnels concernés.