Exemples de compensations


 

Télécharger : Le parcours de soins des enfants et des adolescents présentant des troubles du langage et des apprentissages –  CNNSE

 

Compenser un trouble cognitif revient à agir à différents niveaux:

  • Auprès de la personne directement: en métacognition;
  • Auprès de son entourage: en le sensibilisant;
  • Auprès de l’environnement: en l’adaptant.

CORIDYS propose des centres de ressources développant ces trois axes.

 

Auprès de la personne directement: en métacognition

Nous travaillons avec la personne afin qu’elle comprenne son propre fonctionnement.

Comprendre ses points faibles est une chose, mais surtout, il sera important de comprendre ses points forts, afin de savoir comment pallier ses troubles.

La métacognition, permettra en plus de comprendre des procédures, des méthodes, des stratégies à utiliser au quotidien, comment en parler à l’entourage (aux enseignants, à son employeur, à ses proches), mais aussi comment utiliser les aides externes:

 

Auprès de son entourage: en le sensibilisant

Dans le champ des troubles cognitifs, la sensibilisation des proches et des différents intervenants autour de la personne joue une part importante dans la situation de la personne concernée par les troubles.

En effet, une meilleure compréhension de la part de l’entourage permettra une aide ou un soutien plus adapté, ne serait-ce que déjà une plus grande tolérance, une plus grande patience: ils ne le font pas exprès: ils ne peuvent pas faire autrement.

Le pole information de CORIDYS est là pour remplir ces missions très importantes.

 

Auprès de l’environnement: en l’adaptant.

Il existe divers aménagements possibles permettant de palier les troubles cognitifs. La France accuse un retard très important dans ce champ!

Des aménagements scolaires aux aménagements du logement en passant par des aménagements de postes dans l’emploi et à l’accessibilité de toute la cité, de tous les loisirs.

 

Les conseils essentiels pour accompagner au mieux une personne souffrant de troubles cognitifs :

  • Un bilan approfondi réalisé par des professionnels spécialisés permettra de donner des conseils spécifiques pour « pallier » les troubles cognitifs, mais des conseils généraux peuvent déjà être proposés :
  • L’encourager, dédramatiser ses erreurs
  •  Repérer et utiliser ses points forts
  •  L’aider à s’organiser
  • Décomposer les tâches en consignes simples
  • Ne lui demander qu’une seule chose à la fois
  • Lui laisser du temps
  • Créer avec elle ou lui un emploi du temps avec des pauses régulières
  • Simplifier les supports écrits pour améliorer leur lisibilité
  • Favoriser la routine : un déroulement le plus stable possible des journées
  • Faire preuve de patience et croire en lui ou en elle !

Et puis….

Face aux troubles de l’attention
– Repérer les signes de fatigue et proposer un moment de décompression
– Décomposer la consigne en plusieurs tâches simples
– Limiter la durée des tâches
– Supprimer au maximum les éléments distracteurs
– Valoriser les bons comportements pour l’encourager (fiches d’auto-évaluation, appréciations écrites…)
– Offrir des opportunités de bouger (s’il y a hyperactivité)
– Favoriser les liens sociaux

 

  Face aux troubles praxiques :
– Accompagner ses gestes par des mots
– Inciter la personne à décrire à l’oral les gestes, s’assurer qu’elle a bien compris en lui demandant de reformuler
– Privilégier l’utilisation de l’outil informatique lorsqu’il existe.

 

Face aux  troubles de langage oral :
– Lorsqu’on lui adresse un message : attirer son attention, s’assurer du contact visuel et éviter les sources de distraction
– Accompagner les mots de gestes (mimer si possible)
– Donner une consigne à la fois
– Alterner les types d’activités

 

Face aux troubles de lecture :
–  Privilégier l’oral et éviter les situations de lecture
– Eviter de se focaliser sur l’orthographe
– Privilégier l’apprentissage par le savoir-faire.

 

Face aux  troubles du calcul :
– Afficher les supports (table d’addition, de multiplication, de conversion,…) la où la personne passe le plus de temps.
– Favoriser l’utilisation de calculatrices et de tout logiciel adapté
– Demander à la personne d’expliquer ses procédures
– Schématiser, dessiner les procédures
– Procéder par étape
– Revenir sur les notions de base si nécessaire.